De l’indivisibilité de l’être humain

.
.
.
.
..

Il n’y a par ailleurs aucun survivant parmi le commando : sept à huit personnes qui, toutes, ont été tuées.

Journal de France Info de 10h30 du 29/06/2011

                                                                                                                     

La règle :

On entend, mais on ne dit pas (…) « De quatre à cinq personnes » : comme il n’y a pas d’intervalle entre des individus, on ne saurait le parcourir ; de quatre à cinq kilomètres est, pour cette raison, correct. Il faut dire plutôt quatre ou cinq personnes, et bien entendu, s’il y a une indétermination plus grande, la tournure va bien : de vingt-cinq à trente invités (Écrire, parler : les 100 difficultés du français, Robert Strick, Garnier).

Que dire de plus ? On peut ajouter qu’un individu est indivisible (son étymologie en témoigne) et que la phrase évoquée ici sous-entend l’inverse. Les plus audacieux remarqueront peut-être que cette indivisibilité ne va plus de soi, au moment où l’on passe de vie à trépas…

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s