Gageure ne rime pas avec parieur

france-culture

1. La faute

2. La prononciation

3. Ce que j’en dis…

.

En ce moment, lui, il essaie de faire venir, dans le camp de Yayladagi où nous étions, la famille de son frère mais franchir cette très longue frontière de 900 kilomètres relève désormais de la gageure pour de nombreux Syriens, même si la Turquie assure être en capacité d’accueillir jusqu’à 100 000 réfugiés.

Emission spéciale en direct d’Antakya en Turquie par Hervé Gardette, France Culture, 24/09/2012 (repère : 20’50)

La prononciation de gageure

Il y a en français un suffixe des plus commodes : le suffixe -ure, qui signifie le résultat d’une action. Balayer, balayure, peler, pelure, crever, crevure. Eh bien, à partir du verbe gager, qui signifie parier, on a fait le substantif gageure, qui signifie pari, défi.

Bernard Cerquiglini dans l’émission Merci professeur !*

*Selon les navigateurs, la vidéo peut rencontrer des dysfonctionnements, je vous recommande pour la lire correctement d’utiliser Firefox.

Ce que j’en dis…

Quel beau métier professeur ! Synthétique, clair et pédagogique, Bernard Cerquiglini remplit ici son rôle à merveille, comme à son habitude. Il ajoute d’ailleurs avec justesse que la prononciation de gageure pourrait être plus clairement indiquée en y incorporant un tréma et en transformant ainsi le mot en gageüre.

Ainsi, gageure rime avec injureteinture et arrête ton char Ben-Hur. Mais point avec majeur, parieur ou tailleur. C’est la vérité, même si celle-ci est tailleur.

Publicités

5 Commentaires

Classé dans Uncategorized

5 réponses à “Gageure ne rime pas avec parieur

  1. soky

    Je ne comprendrais jamais le rôle du tréma. Il sert à quoi ? De ce que j’ai compris, il aide à la prononciation. Le « maïs » évite de dire [mè] pour en faire du [mais]. Et pour « aiguë » ? Ce ‘e’ est muet et n’a pas besoin qu’on insiste dessus. Je me souviens des conseils d’un prof: le tréma sert à prononcer la lettre *précédente*. Ah bon ! Vu comme ça. Ça marche pour « maïs » et pour « aiguë » mais tout tombe à l’eau avec « gageüre ». À moins que M. Cerquiglini se réfère à la nouvelle orthographe (tréma sur la lettre à prononcer), ce qui m’étonnerait beaucoup.

  2. L’usage du tréma est double : il surmonte soit une voyelle qui doit être prononcée isolément (maïs, pour éviter la prononciation [mè]), soit une voyelle qui ne se prononce pas (aiguë, pour éviter la prononciation [egg]).
    En cela, je ne cautionne pas l’idée de Cerquiglini (du reste, finalement abandonnée par l’Académie) d’ajouter un tréma à gageure : cela favoriserait la prononciation [gage-ure] et non [gajure], comme il convient.

  3. Je partage les doutes de Soky. Cet usage double du tréma me semble assez troublant…

    Marc, ne penses-tu pas toutefois que la prononciation [gage-ure] serait un moindre mal par rapport à la répandue [gajeur] actuelle ?

  4. Dans ce cas, autant préconiser la graphie gajure : cela évitera toute ambiguïté !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s