Archives de Tag: Faute d’orthographe

Accro au régime sans c

logo_figaro

Contrefaçon : Les Français moins accrocs

Contrefaçon : Les Français moins accrocs,
lefigaro.fr, 24/10/2012

La définition d’accroc

Incident fâcheux dans le déroulement d’une affaire.

Dictionnaire de l’académie française

La définition d’accro

  1. Qui en est arrivé, à l’égard d’une drogue, à un état de dépendance ; toxicomane.
  2. Qui est passionné pour quelque chose, qui ne peut plus s’en passer.

Larousse

Ce que j’en dis…

On peut être accro à la langue française et rencontrer quelques accrocs au cours de son apprentissage. Mais il est impossible d’être accroc à quoi que ce soit. Dans son sens premier, l’accroc est une déchirure faite dans une pièce de tissu. Accro appartient quant à lui à l’origine au registre de la toxicomanie et est le diminutif d’accroché. Cela équivaut au fait d’être dépendant ou, pour employer un anglicisme auquel nos dictionnaires refusent l’entrée, addict.

Comment savoir s’il faut ou non un c ? Le mot accroc est en quelque sorte un croc-en-jambe fait par le hasard. Si le sens du terme qu’on cherche à écrire peut être rapproché de celui de croc-en-jambe (dans lequel on entend bien le c), il convient de lui accoler cette lettre. Sinon, non. En argot, on peut dire que quelqu’un est accro à la C*. Mais on ne peut pas dire qu’il est accro au c, la preuve : le mot n’en porte pas.

*La lettre désigne alors la cocaïne.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Ce billet est censé être sensé

metro

Samsung a présenté hier, jeudi 11 octobre, son nouveau Galaxy S3 mini, sensé être une version réduite de son smartphone phare.

Samsung : une version mini du Galaxy S3,
Florence Santrot, Metro, 12/10/2012

La définition de censé

[Suivi d’un inf.] Supposé, réputé.

Cnrtl.fr

La définition de sensé

[En parlant d’une pers.] Qui a du sens, du bon sens, qui est capable de juger sainement.

Cnrtl.fr

Ce que j’en dis…

C’est encore une fois un homophone qui joue les trouble-fête. Censé ou sensé ? Si le terme qui suit est un verbe à l’infinitif, on peut raisonnablement utiliser censé. Exemple classique : nul n’est censé ignorer la loi.

On peut aussi voir s’il est possible de remplacer le mot sur lequel on doute (censé ou sensé) par intelligentjudicieux, raisonnable. Si c’est le cas, il conviendra d’employer sensé. Après avoir lu ce billet, nul n’est censé ignorer cette règle. A fortiori, les lecteurs sensés (et nul doute qu’ils le sont tous) le graveront dans leur mémoire. Vous avez dit « mémoire » ?

5 Commentaires

Classé dans Uncategorized

UMP, barbarisme et civilisation

jean-francois-cope-guillaume-paumier-100

1. La faute
2. La définition
3. Ce que j’en dis…

« L’UMP condamne cet acte de barbarisme sans nom : rien n’est plus odieux et plus lâche qu’un attentat kamikaze », déclare dans un communiqué le secrétaire général du parti, Jean-François Copé.

Afghanistan: « acte de barbarisme » (UMP), Lefigaro.fr, le 09/06/2012, reprenant un communiqué de Jean-François Copé

La définition :

Barbarisme

Faute grossière de langage, particulièrement celle qui consiste à employer des mots forgés ou déformés, à se servir d’un mot dans un sens qu’il n’a pas.

Le Grand Robert de la langue française (accès payant)

Ce que j’en dis…

Barbarisme n’est pas barbarie. Par contre, prendre le second terme pour le premier constitue bien un cas de barbarisme. En français correct, Jean-François Copé aurait affirmé : l’UMP condamne cet acte de barbarie sans nom.

Signalons que les Grecs employaient le mot barbare à propos des Romains, puis de bien d’autres peuples. Le terme s’appliquait à un étranger à la Grèce, « parce qu’il n’en parl(ait) pas la langue ou qu’il vi(vait) en dehors de sa civilisation » (cnrtl.fr). Bref, l’ancien maire de Meaux a un problème de mots.

Photo : Guillaume Paumier – Flickr / Licence Creative Commons

 Merci à Valentin de m’avoir signalé cette phrase.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Quelque dure que soit 2012, qu’elle vous soit bonne

geek logo

1. La faute
2. La définition
3. Ce que j’en dis…

Un terme dérivé du latin ubique qui signifie « partout », autrement dit un réseau omniprésent et accessible quelque soit l’endroit où l’on se trouve dans la ville.

2030 l’odyssée de la ville, Christophe Maillot, Geek S03E06, p. 29

La définition :

Quel : III. Adjectif relatif. A. Dans la locution quel que, marquant une concession d’extension indéterminée, dans le sens de « que telle personne, telle chose soit telle (identité, nature, quantité, etc.) qu’on voudra »  (Le Grand Robert de la langue française).

Ce que j’en dis…

Une nouvelle fois, la faute d’orthographe est dans les détails. Il y a ici confusion entre quel que et quelque. Quelque est souvent employé au pluriel pour désigner un ensemble réduit (exemple : quelques vachers se moquent de ce candidat qui parle français).

Quelque peut aussi être suivi de que pour former une locution concessive. Ainsi, on dira : quelque stupide que soit cette réaction, il ne faut pas jeter la pierre à tous les vachers. Cela revient à dire : aussi stupide que soit cette réaction, etc.

Cette idée de concession est également présente dans la phrase qui nous intéresse ici. Néanmoins, l’expression quel que est ici suivie d’un verbe et non d’un adjectif ou d’un nom, comme le serait quelque. Quelle que soit la faute, on peut toujours trouver la règle qui doit s’appliquer, quelque difficile que soit sa recherche.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

« Statut quo », ques aco ?

1. La faute
2. La définition
3. Ce que j’en dis…

Car « au terrifiant statut-quo [en Corée du Nord] a succédé le non moins terrifiant inconnu ».

A la Une : le chômage atteint des records en France / Pyongyang : agent unificateur de l’Asie du Nord-Est, Marie Normand, rfi.fr,  28/12/2011 (citant un article (payant) de La Tribune)

La définition :

Statu quo : subst. masc. inv. État de choses actuel (cnrtl.fr).

Ce que j’en dis…

Il est tentant d’ajouter un t à cette expression. Mais il s’agit d’une locution latine dans laquelle le mot latin statu (état, situation) n’est pas un statut (dérivant d’un autre terme latin, statutum : décret, statut).

Le statu quo désigne donc une situation qui n’est pas le fruit d’une volonté mais plutôt du hasard. À l’inverse, le statut résulte d’une décision et a donc été voulu. On peut ajouter que c’est aussi le cas d’une statue, produite par la volonté du sculpteur. Le maintien de certaines statues semble toutefois tenir plutôt du statu quo

3 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Fuchsia : Quand l’orthographe ne s’entend pas

1. La faute
2. La définition
3. Ce que j’en dis…

On retrouvera bien entendu la première née, la DS3 exposée dans une version noire à toit blanc, et une plus coquette blanche à casquette fuschia.

Citroën : l’exposition « Divines DS » aux Champs-Elysées, Matthieu Lauraux, tf1.fr, 24/11/2011

La définition :

Fuchsia : Plante ornementale (Œnothéracées), parfois arborescente, aux fleurs pendantes, solitaires ou en grappes, en forme de clochettes.

Rouge fuchsia : Rouge violacé, pourpre (Trésor de la Langue Française Informatisé).

Ce que j’en dis…

Point de faute de frappe ici : fuchsia a tout simplement une graphie qui sort de l’ordinaire. Il la doit à son étymologie. La plante a été ainsi baptisée « en l’honneur de Fuchs, botaniste bavarois du XVIe », indique le Robert.

Mais alors, pourquoi dit-on oralement fuchia ? C’est une question que se pose également Bruno Dewaele (champion du monde de l’orthographe déjà évoqué sur ce blog sur la question de la primaire socialiste). Selon lui, « il serait sans doute opportun de favoriser la prononciation fuk-sia, également citée par les dictionnaires, et de toute évidence plus conforme à l’orthographe ».

On ne peut qu’abonder en son sens. Cette prononciation permettrait de moins se planter sur l’ortho-grappe, pardon, l’orthographe du nom de ce végétal.

7 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Leur : Accord de cœur

1. La faute
2. La définition
3. Ce que j’en dis…

Il met en scène un couple confronté à la maladie de leur fils.

Tragi-fantaisie, Rue89 de septembre 2011, p. 7

La définition :

Leur, leurs : adj. et pron. poss. Adjectif possessif de la troisième personne des deux genres se rapportant à plusieurs possesseurs. Qui est (sont) à eux, à elles (Le Grand Robert de la langue française).

Ce que j’en dis…

Bien que le mot couple regroupe deux personnes, il demeure singulier. Il convient donc de l’employer avec l’adjectif possessif de la troisième personne du singulier (son). Couple est toutefois un nom collectif qui peut être suivi de plusieurs noms, auquel cas l’accord peut se faire au singulier ou au pluriel.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized